Tabou

 
Un spectacle de danse urbaine comme outil de prévention
 
 
Historique          
 
Le spectacle TABOU est le fruit d’une collaboration entre Viol-Secours et JD’s Events. Cette performance de danse urbaine a été mise sur pied et enrichie d’un dispositif d’intervention pour prévenir les violences sexuelles et sexuées entre jeunes et un plus large public, en abordant leurs relations sociales et affectives.
 
Représentation des identités sexuelles et violences
 
Pas une semaine ne se passe sans que les médias nous diffusent des images ou des articles en rapport avec les violences sexuelles. La permanence de la thématique et un certain traitement de cette actualité favorise la banalisation de ces violences auprès des jeunes, qui sont à la recherche de modèles pour vivre leurs premières expériences affectives et sexuelles. Lorsque la violence domine dans les représentations, comment se construire une image saine et consentie d’une relation? Comment dépister les premiers signes d’une relation qui dérape, comment exprimer et mettre des limites claires? Comment se prémunir des violences sexuelles ? C’est pour répondre à ces questions essentielles, avec les jeunes et un plus large public que nous réalisons ce projet.
 
Déconstruire pour prévenir
 
Une étape fondamentale est la déconstruction des préjugés et stéréotypes, véhiculés par l’éducation et la société, et souvent relayés par les médias. Ces stéréotypes, qui accompagnent l’évocation des violences sexuelles, sont à questionner et à déconstruire, afin de prévenir toute banalisationde cette réalité auprès des jeunes, un public très perméable et vulnérable au matraquage visuel sexiste de ces supports médiatiques, musicaux et publicitaires.
 
Objectifs spécifiques
  • Développer l’esprit critique des filles et des garçons face aux stéréotypes qui biaisent les relations entre les sexes.
  • Proposer des moyens concrets aux jeunes pour les aider à se prémunir contre la violence sexuelle et offrir également des outils aux enseignant·e·s leur permettant de faire face à cette problématique.
  • Favoriser un dialogue ouvert, constructif et respectueux, tant avec les jeunes qu’avec un public élargi grâce à l’apport de professionnel·le·s en la matière.
  • Encourager la formation et l’information pour les jeunes, les enseignant·e·s, les parents, et les professionnel·le·s du social et de la jeunesse

Lire l'article de la Tribune de Genève au sujet du spectacle Tabou (1er décembre 2010)