Conférence : « Rendre visible l’invisible: viols et violences sexuelles ».

Viol-Secours et l'institut des Etudes Genre de l'Unige vous inventent à une conférence donnée par :

Alice Debauche

Maitresse de conférence et chercheuse au SAGE-CNRS, Université de Strasbourg

 

Véronique Le Goaziou

Chercheuse associée au LAMES-CNRS, Université Aix-Marseille

Les mobilisations féministes des années 1970 ont participé à la visibilisation des violences masculines. Elles ont également contribué aux analyses qui ont démontré que ces violences représentent un des mécanismes fondamentaux du contrôle social sexué. Les différents mythes et stéréotypes qui entourent les violences sexuelles ont été identifiés et, aujourd'hui, il est par exemple admis que la grande majorité des violences sont commises par un proche de la personne victime. Pourtant, le fait que les violences sexuelles traversent tous les milieux sociaux et culturels est souvent remis en question, en faveur d'un discours qui consiste à psychologiser et/ou à ethniciser les violences, au détriment d'une analyse sociologique.

Il reste essentiel de rappeler l'ampleur des violences masculines envers les femmes et d'interroger tout discours qui participe à leur occultation.

 

Rendez- vous à 18h15 le 19 mai 2015, en salle M 2130 (Unimail)

 

——————-

Comment mesurer les violences sexuelles? Possibilités et limites dans le contexte français
Alice Debauche

La mesure des violences sexuelles repose très largement sur la parole des victimes. Or des obstacles majeurs limitent la prise de parole des victimes de violences sexuelles, bien que l’on assiste à des évolutions importantes depuis les années 1970. C’est ainsi que l’on assiste à une augmentation très importante du nombre de plaintes pour violences sexuelles au cours des quarante dernières années, notamment en raison d’une meilleure prise en charge des victimes par les services de police mais aussi de l’évolution de la perception de ces violences. Les enquêtes sociodémographiques qui interrogent sur les violences sexuelles permettent également de mesurer la proportion de personnes victimes et de décrire ces violences, leurs victimes et, dans une moindre mesure leurs auteurs. Enfin, les associations chargées de l’assistance aux victimes enregistrent elles aussi la parole des victimes qui s’adressent à elles, et nous nous intéresserons aux statistiques issues de l’analyse des appels passés au numéro anonyme et gratuit SOS Viols Informations. Après avoir présenté l’évolution de la place des victimes dans la société française, il s’agira de montrer en quoi les différentes sources permettent de mesurer les violences et quelles en sont les limites.

 

Les viols en justice, faits et auteurs
Véronique Le Goaziou

Les recherches sur les viols judiciarisés ont permis de collecter un grand nombre d’informations sur les faits, les auteurs, les victimes et le traitement judiciaire de ces violences
sexuelles en France. Dans cette conférence, l’auteure tentera une optique comparative entre la connaissance des viols issue des données judiciaires et celle issue des grandes enquêtes de victimation. Si ces deux «regards» sur les viols s’accordent sur plusieurs points, l’on observe aussi toutefois des différences. L’auteure s’arrêtera sur deux d’entre elles, les viols conjugaux d’une part et l’appartenance sociale des auteurs, d’autre part.