Conséquences

On sait qu'une agression sexuelle a des conséquences immédiates comparables à celles d'un choc violent comme une catastrophe naturelle ou un attentat.
Dans les cas les plus graves, les femmes disent souvent avoir vu la mort en face, avoir eu la conviction profonde, à un moment ou à un autre, que leur vie était en jeu. Le regard de l'agresseur, sa violence, la façon dont il traite la victime (même s'il n'y a pas de brutalité physique) provoquent chez elle une tempête d'émotions, de terreur et une paralysie psychique.

Lors d'agressions sexuelles, le traumatisme est aggravé par le fait que le mal est infligé par un autre être humain (contrairement aux catastrophes naturelles par exemple), en contact direct et au mépris du refus de la victime, de son effroi et de sa souffrance. L'acte d'un homme va ruiner la confiance d'une femme: confiance envers les hommes en général et aussi envers elle-même en tant que femme. Il va déformer gravement sa perception des hommes et de la société, engendrer un profond sentiment d'insécurité, encore plus important quand l'agresseur lui était connu. L'agression sexuelle blesse la partie la plus intime de la femme, de son corps comme de son esprit, de sa relation à elle-même et aux autres.

Les femmes agressées n'arrêtent pas de se poser la question: pourquoi moi ?


Après une agression sexuelle, on repère trois grandes étapes que nous allons détailler.

1. Le choc
2. Le réajustement
3. L'intégration